Page d'accueilCentre d'expertiseConseils d'expertsHygiène et sécuritéRéduire le risque infectieux dans les salles de bains d’un établissement de santé

Minimiser le risque infectieux dans les salles de bains d’un établissement de santé

Le choix des bons produits et équipements dans les hôpitaux et autres établissements médicaux peut faire la différence entre la vie et la mort pour les patients les plus vulnérables. Il existe heureusement tout une gamme de solutions spécialement conçues pour réduire le risque infectieux.

La contamination croisée dans les hôpitaux est un problème récurrent. Il est donc essentiel que les installations sanitaires s’attaquent de front à ce problème. Elles doivent également être pratiques et efficaces pour fournir de l’eau et évacuer les déchets, tout en prenant en compte les éventuels handicaps physiques de leurs usagers.

Les équipements sanitaires des hôpitaux et autres établissements prenant en charge des patients ont longtemps été considérés comme des nids à bactéries. Celles-ci peuvent être transmises par simple contact, ingestion ou inhalation. Dans des conditions favorables, elles se développeront et conserveront leur forme infectieuse.

Eliminer les zones propices au développement des bactéries

Qu’est-il possible de faire ? Pour commencer, choisir des équipements sanitaires spécialement conçus pour les établissements médicaux de façon à entraver le développement des bactéries. Par exemple, les lavabos de la gamme Matura, qui élimine une bonne partie des recoins où les bactéries se développent habituellement : ils sont pour la plupart disponibles sans trou pour la robinetterie, ni trop-plein, ni bouchon et ni chaînette. Ce type de produit garantit une meilleure hygiène pour se laver les mains et éviter la contamination par des bactéries indésirables.

Vous retrouverez dans la même gamme les WC sans bride Matura, conçus pour réduire le risque de contamination croisée. L’absence de bride permet d’éviter l’accumulation de bactéries dans la zone où elles se développent habituellement dans les WC traditionnels. Les WC sans bride se nettoient plus facilement et sont plus hygiéniques.

Equiper les salles de bains de lavabos dont les robinets peuvent être actionnés avec le poignet ou le coude permet également de réduire le risque infectieux, car les usagers n’auront pas à toucher directement une zone potentiellement contaminée. L’utilisation de robinets et de chasses d’eau à détecteur de mouvement reste la meilleure solution pour éviter tout contact.

Utiliser des matériaux durables

Lorsque les équipements sont destinés à une utilisation fréquente, comme par exemple dans les salles de bains des établissements médicaux, le choix de matériaux durables est essentiel.

La porcelaine vitrifiée et l’acier inoxydable sont de bonnes solutions, car ils sont assez solides pour résister à un usage intensif, tout en permettant aux designers une grande liberté au niveau des styles et des formes.

Faciliter l’entretien

Les équipements en porcelaine vitrifiée ou en acier inoxydable ont également l’avantage de présenter une surface lisse, aux contours nets, ce qui en facilite le nettoyage, capital dans les salles de bains d’établissements médicaux. Tout ce qui permet de faciliter l’entretien et la désinfection des équipements est à prendre en compte.

En gardant cela à l’esprit, l’utilisation de WC suspendus au lieu de WC sur pied traditionnels permet un nettoyage plus efficace et plus rapide du sol et de la cuvette, puisqu’il n’y aura plus besoin de nettoyer les recoins tout autour du pied.

L’agencement des salles de bain en milieu médical

Les personnes qui utilisent des sanitaires publics ont souvent des méthodes toutes personnelles pour éviter le contact avec des surfaces potentiellement contaminées, notamment après s’être lavé les mains. C’est particulièrement vrai dans les hôpitaux, où la peur de la contamination est encore plus forte.

Les concepteurs doivent créer un agencement qui vise à réduire le nombre de contacts au maximum. La sortie de la salle de bain est souvent un point bloquant, avec les gens qui essaient d’ouvrir la porte en utilisant leur coude ou leur pied afin d’éviter de toucher une poignée potentiellement grouillante de germes avec leurs mains propres et fraîchement lavées. La meilleure manière de solutionner ce problème est de mettre en place une entrée « ouverte », sans porte.

Il faut aussi pouvoir répondre aux besoins de tous les différents usagers, qu’ils soient valides ou handicapés, de manière permanente ou temporaire. Il est donc indispensable de prévoir un nombre suffisant de sanitaires et autres équipements spécialisés à destination des handicapés.